Réseau Bastille international,international-recent Pour la libération de Boris Kagarlitsky

Pour la libération de Boris Kagarlitsky

Pétition internationale : Liberté pour Boris Kagarlitsky

Le 25 juillet, Boris Kagarlitsky, intellectuel de renom et militant socialiste, a été arrêté et accusé de “justifier le terrorisme” par le Service fédéral de sécurité (FSB) avant d’être immédiatement transporté dans la ville de Syktyvkar, à 1300 kilomètres de Moscou. Là, lors d’une audience à huis clos et en l’absence de son avocat, un tribunal a décidé qu’il devait être détenu jusqu’à son procès en septembre, au cours duquel il risque jusqu’à sept ans de prison. 

Nous exprimons notre solidarité avec Boris Kagarlitsky et demandons sa libération immédiate, ainsi que celle de toutes les personnes détenues pour des raisons politiques. 

Ajoutez votre nom ici : https://tinyurl.com/Libertad-Boris-K

Nous ne pouvons qu’être d’accord avec la déclaration du Mouvement Socialiste Russe (MRD) ci -dessous (RB):

Le procès pénal contre Boris Kagarlitsky est une attaque contre l’ensemble du mouvement de gauche. Vous pouvez être en désaccord autant que vous le souhaitez avec des déclarations et des conclusions individuelles qu’il a faites au cours de différentes périodes d’activité publique, mais nous résoudrons toutes nos contradictions au cours d’une discussion ouverte et honnête, lorsque Boris sera libre. Nous appelons toutes les organisations socialistes et communistes à organiser une vaste campagne de solidarité et à exiger la libération immédiate de Boris Kagarlitsky et de tous les prisonniers politiques.

Sous la pétition internationale (que les lecteurs sont encouragés à signer) se trouvent des déclarations de : Rabkor (Russie), Russian Socialist Movement, Posle (Russie), Left Socialist Action (Russie), Socialist Alliance (Australie), Parti de la gauche européenne, Transnational Institute, Counterpunch, Canadian Dimension et Revolutionary Communist International Tendency/Socialist Tendency (Russie).

L’arrestation et la détention de Kagarlitsky s’inscrivent dans le cadre d’une campagne de répression menée par le gouvernement dans le but de réduire au silence toutes les voix qui s’opposent à l’invasion de l’Ukraine et à sa politique intérieure. Depuis l’année dernière, le gouvernement Poutine se consacre à la persécution, à l’emprisonnement ou à l’exil des politiciens, intellectuels et activistes reconnus qui se sont publiquement opposés à la guerre, ainsi que des simples citoyens qui ont exprimé leurs opinions sur les médias sociaux. Kagarlitsky lui-même a été qualifié d'”agent étranger” en mai de l’année dernière.

 Rabkor (Russie) : La solidarité est notre force ! Liberté pour Boris Kagarlitsky !

Comme vous le savez probablement tous, Boris Kagarlitsky a été inculpé de la partie 2 de l’article 205.2 du code pénal de la Fédération de Russie. Justification du terrorisme. À la lumière de ces faits, le comité éditorial de Rabkor publie la déclaration suivante et exprime sa solidarité avec notre rédacteur en chef, ainsi qu’avec tous nos camarades qui ont été fouillés et interrogés, y compris :

– Alexander Archagov (actuellement libéré)

– Artem, rédacteur du groupe Telegram et VK de la chaîne (actuellement libéré)

– Valery, membre du studio Rabkor (actuellement libéré).

Nous exprimons également notre soutien et notre solidarité à tous les parents et amis de Boris Yulievich.

Boris n’est pas seulement un intellectuel de gauche et un universitaire de renommée internationale, mais aussi un marxiste qui a acquis ses connaissances sur les champs de bataille des guerres de classes. Dissident soviétique de gauche, il risque aujourd’hui de devenir un prisonnier politique dans la Russie de Poutine. Il fait partie du mouvement socialiste mondial, a formé plus d’une génération de marxistes et est resté fidèle à ses principes pendant de nombreuses années.

Kagarlitsky ne doit pas rester en prison, car en 2023, la politique ne peut et ne doit pas être un crime. Nous nous opposons catégoriquement à sa détention.

Nous continuerons cependant à travailler. Rabkor est bien plus que Boris Kagarlitsky. C’est un site web avec des rédacteurs, des administrateurs, des présentateurs de chaînes YouTube et tous ceux qui travaillent dans les coulisses. La chose la plus importante que notre équipe puisse faire pour Boris en ce moment est de maintenir Rabkor en vie et d’en faire la pièce maîtresse d’une campagne de solidarité internationale pour la libération de Kagarlitsky.

Nous appelons tous les mouvements socialistes de gauche à se solidariser et à faire connaître cette situation.

Nous annonçons également une collecte de fonds pour aider Boris Kagarlitsky et organiser une campagne en sa faveur.

Conditions requises :

2200700700600473069 – Tinkoff

5269880012324208 – Freedom Bank (pour les transferts à l’étranger).

La solidarité est notre force ! Liberté pour Boris Kagarlitsky !

Mouvement socialiste russe : Une procédure pénale a été ouverte à l’encontre de Boris Kagarlitsky

Le Service fédéral de sécurité russe a ouvert une enquête criminelle pour apologie du terrorisme à l’encontre de Boris Kagarlitsky, célèbre politologue et sociologue de gauche et rédacteur en chef du journal en ligne Rabkor. Il a été enlevé de son domicile et emmené à Syktyvkar, dans la République des Komis, où il comparaîtra devant un tribunal aujourd’hui [26 juillet]. Des perquisitions ont également été effectuées chez des membres du personnel du journal dans au moins trois villes. Cette “justice juste à temps” s’est déroulée en moins de 24 heures, comme si l’on essayait d’égaler les répressions politiques de l’époque de Staline.

Il est évident que la véritable cause de la persécution de Kagarlitsky réside dans ses opinions politiques et dans le désir de fermer Rabkor. Boris Kagarlitsky a commenté activement la situation politique actuelle et a ouvertement critiqué la politique intérieure et étrangère de la Russie.

Le régime de Poutine a tenté à plusieurs reprises de faire taire cet éminent politologue. En 2018, l’Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux dirigé par Kagarlitsky a été déclaré agent étranger. En mai 2022, il a lui-même été déclaré agent étranger.

La première fois que Boris Kagarlitsky a été emprisonné pour ses activités politiques, c’était en URSS, pendant le mandat de Youri Andropov en tant que secrétaire du parti. Puis, en octobre 1993, il a été arrêté et lourdement battu pour avoir condamné la dissolution du Soviet suprême. En 2021, il a été détenu pendant dix jours pour avoir lancé des appels à protester contre la fraude lors des élections à la Douma d’État. Aujourd’hui, Boris Kagarlitsky risque d’être emprisonné pour une durée pouvant aller jusqu’à 7 ans.

L’affaire pénale contre Boris Kagarlitsky est une attaque contre l’ensemble du mouvement de gauche en Russie. Nous pouvons ne pas être d’accord avec certaines de ses déclarations et conclusions faites à différentes périodes de sa longue carrière politique, mais ces arguments n’ont plus d’importance aujourd’hui. Nous pourrons continuer à discuter de nos divergences dès qu’il sera libre.

Nous appelons toutes les organisations socialistes à organiser une vaste campagne de solidarité pour exiger la libération immédiate de Boris Kagarlitsky et de tous les prisonniers politiques, et à soutenir autant que possible l’équipe éditoriale de Rabkor.

Dans ses articles et ses discours, Boris Kagarlitsky est resté invariablement optimiste quant à l’absence de perspectives pour les autorités russes. Les événements actuels démontrent que son optimisme est justifié : Le régime de Poutine, après avoir entamé la purge totale des vestiges de la société civile, tente de colmater la fuite de la taille d’un boulet de canon à l’aide d’un bouchon de bouteille.

Liberté à Boris Kagarlitsky !

Mouvement socialiste russe : Un coup porté à l’auto-organisation. Quelle est la logique qui sous-tend la persécution de Kagarlitsky ?

Dans le cadre de l’affaire contre Boris Kagarlitsky, les forces de l’ordre ont commencé à persécuter les associés de Rabkor à Moscou, Ekaterinbourg et Penza. Nous avons connaissance d’au moins quatre personnes dont les domiciles ont été perquisitionnés ou qui ont été interrogées : l’animateur Alexander Archagov (libéré sous le statut de témoin – premier pas vers une arrestation), Artem, l’administrateur de la chaîne Telegram “Rabkor”, le caméraman Valery, et Anna Ochkina, ancienne candidate au poste de gouverneur de la région de Penza. À la lumière de ces nouvelles, il est clair que les forces de l’ordre visent non seulement Boris Kagarlitsky lui-même, mais aussi les personnes et les organisations qui lui sont associées.

En juin, l’appareil répressif du régime a commencé à s’intéresser à la gauche : le ministère de la justice a reconnu les députés de la Douma de Moscou Evgeny Stupin et Mikhail Timonov, le député municipal Vitaly Bovar et le socialiste démocrate Mikhail Lobanov comme agents étrangers. En l’absence d’une opposition publique organisée contre la guerre, chacun d’entre eux a organisé et continue d’organiser autour de lui des communautés de différents niveaux. Chacun d’entre eux a été un “point de rassemblement” pour le nombre croissant de citoyens russes se tournant vers la gauche. Selon la même logique, ils sont venus après Kagarlitsky et Rabkor.

Les autorités ne veulent pas que le mouvement de gauche s’organise au moment où elles sont elles-mêmes en train de vivre une transformation radicale. Il faut donc être prêt et s’organiser à l’avance.

Comment manifester sa solidarité avec Boris Kagarlitsky ?

Résister à la pression. Soutenir les membres du collectif Rabkor en diffusant leurs textes. Être prêt à les soutenir en roubles – si Rabkor annonce une collecte pour remplacer le matériel saisi.

Diffusez des informations sur l’affaire pénale. Si les autorités veulent réduire une personne au silence, vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour les en empêcher.

Continuez à vous battre pour le mouvement de gauche en Russie. Entrez en contact avec les politiciens et les mouvements de gauche avec lesquels vous sympathisez. Apprenez l’activisme politique ici et maintenant, afin de pouvoir l’enseigner à d’autres demain – devenez vous-même un “point de rassemblement”.

Restez à l’écoute. Aujourd’hui, à 16 heures, à Syktyvkar, un tribunal examinera la mesure de contrainte – et il y aura de nouvelles façons de soutenir Boris Yulievich.

Vous pouvez l’aider financièrement en faisant un don sur les comptes de solidarité suivants :

2200700600600473069 – Tinkoff

5269880012324208 – Freedom Bank (pour les transferts à l’étranger) (Kagarlitskaya Kseniia-Kagarlitsky’s daughter).

La solidarité est notre force. Liberté pour Kagarlitsky ! Bas les pattes à Rabkor !

Posle (Russie) : Soutien à Boris Kagarlitsky et à tous les prisonniers politiques de la Fédération de Russie

Il y a deux jours, à Moscou, des agents du FSB ont arrêté le célèbre théoricien, activiste et commentateur de gauche Boris Kagarlitsky. Boris a été transféré dans un centre de détention provisoire à Syktyvkar, où il restera au moins jusqu’à la fin du mois de septembre. Kagarlitsky a été inculpé de “justification du terrorisme”, ce qui lui vaut une peine de prison pouvant aller jusqu’à 7 ans. Dans le même temps, à Moscou, Ekaterinbourg et Penza, des perquisitions ont été menées aux domiciles des associés de Kagarlitsky sur la chaîne YouTube Rabkor. Il est évident pour nous que l’arrestation de Kagarlitsky fait partie d’une nouvelle campagne répressive à grande échelle des autorités visant à vider complètement l’espace politique de toute critique de la guerre. Depuis février 2022, Boris a adopté une position anti-guerre prononcée, et nous sommes sûrs que c’est la seule véritable raison de son arrestation.

La trajectoire politique personnelle de Boris a commencé il y a plus de 40 ans et n’a pas toujours été sans faille. Au début des années 1980, Kagarlitsky était membre du groupe clandestin des “Jeunes socialistes” et a été soumis à la répression du KGB. Depuis le début des années 1990, il joue un rôle de premier plan dans l’opposition de gauche, d’abord au régime d’Eltsine, puis à celui de Poutine. Ses nombreux livres et discours publics ont eu une grande influence sur plusieurs générations de la gauche russe, et c’est pourquoi sa responsabilité dans certaines évaluations est restée exceptionnellement élevée. En 2014, Kagarlitsky a activement soutenu l’annexion de la Crimée et la création des soi-disant. “Républiques populaires” dans l’est de l’Ukraine. Ce soutien a malheureusement contribué à désorienter une partie de la gauche russe. Ces moments, comme beaucoup d’autres dans les activités de Kagarlitsky, sont totalement inacceptables pour les membres de l’équipe Posle. Nos divergences fondamentales n’ont pas disparu et nous en discuterons certainement avec Boris, mais seulement après sa libération.

Il faut également reconnaître qu’après le début de l’invasion à grande échelle, Kagarlitsky a été l’un des rares gauchistes russes qui, tout en restant dans le pays, a continué à condamner publiquement la guerre de la part de la Russie. On peut supposer que seule la grande popularité de Kagarlitsky a empêché les autorités de l’arrêter jusqu’à présent. Maintenant que cela s’est produit, il est clair que la répression atteint un nouveau niveau et que le nombre d’activistes dans la zone de risque immédiat a augmenté de manière significative. C’est pourquoi nous appelons à une campagne internationale de soutien à Kagarlitsky et à tous les prisonniers politiques de la Fédération de Russie.

Action socialiste de gauche (Russie) : Déclaration de soutien à Boris Kagarlitsky

Les autorités russes continuent de nettoyer le champ politique, en éradiquant l’opposition médiatique de tous les côtés. Le 25 juillet, le FSB a ouvert une affaire de justification du terrorisme contre Boris Kagarlitsky (article 205, partie 2), qui avait déjà été reconnu comme agent étranger un an auparavant. Ce fait a été découvert lors d’une perquisition au domicile du psychologue Alexander Archagov. Boris Kagarlitsky a été arrêté et transféré à Syktyvkar.

Boris Kagarlitsky est non seulement un chercheur, un vulgarisateur des concepts marxistes en sciences politiques et un enseignant à Shaninka, mais aussi un militant de gauche convaincu. Depuis 1977, il est impliqué dans des activités dissidentes : il a publié les magazines Variants et Left Turn, et a été impliqué dans le Young Socialist Case. Pendant les années de la nouvelle Russie, il s’est opposé à la coopération avec le Parti communiste de la Fédération de Russie, qui s’est ensuite intégré dans les structures du pouvoir de Poutine, contre les amendements à la Constitution et contre la fraude lors des élections à la Douma d’État. 

Nous avons eu des divergences en 2014, lorsque Boris Yulievich a pris les événements de l’Est de l’Ukraine pour un mouvement populaire progressiste. Mais Kagarlitsky défend clairement des positions anti-guerre, et depuis le 24/02/2022, ses opinions coïncident avec les nôtres. Cependant, ce n’est pas seulement cela qui est important, mais aussi le fait même des répressions politiques à l’encontre des militants de gauche.

La justification du terrorisme est une tentative de faire d’une pierre deux coups : intimider les intellectuels qui sont prêts à exprimer leurs opinions et frapper la gauche, qui n’a pas oublié l’essence de l’idéologie : la démocratie, le pacifisme, la résistance à l’arbitraire et à la violence.

Néanmoins, l’affaire Kagarlitsky témoigne du caractère panique et chaotique de l’appareil répressif. Brûlé au lait des derniers mois, il souffle sur l’eau de toute dissidence et agite les gourdins des vieilles lois, qui se déprécient et révèlent leur essence à chaque acte.

Le LevSD condamne les répressions contre les activistes et appelle à une lutte pacifique contre l’arbitraire aveugle.

Alliance socialiste (Australie) : Libérez le socialiste russe anti-guerre Boris Kagalitsky !

Le sociologue marxiste de renom Boris Kagarlitsky est actuellement détenu dans une cellule russe et risque jusqu’à 7 ans de prison s’il est reconnu coupable de l’accusation inventée de “justification du terrorisme”. Son véritable crime est d’avoir dénoncé l’invasion massive de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine.  

Il ne fait aucun doute que l’arrestation de Kagarlitsky est motivée par des considérations politiques et qu’il n’a aucune chance de bénéficier d’un procès libre et équitable. La décision du 26 juillet de le placer en détention jusqu’à son audience fin septembre a été prise dans un tribunal à huis clos dans la ville isolée de Syktyvkar – loin de Moscou où il a été arrêté la veille – et en l’absence de son avocat. 

Kagarlitsky est bien connu des socialistes internationaux et australiens. Universitaire marxiste de haut niveau et auteur de nombreux ouvrages influents, ses articles et interviews ont été publiés dans les pages de Green Left et de sa publication sœur, LINKS International Journal of Socialist Renewal, dès le début des années 1990. À l’invitation de GL, Kagarlitsky a pris la parole lors de plusieurs conférences en Australie au cours de cette période. 

En tant qu’Alliance socialiste, nous ajoutons nos voix au chœur international grandissant qui demande la libération immédiate de Kagarlitsky et l’abandon des charges qui pèsent contre lui.

Nous notons également que l’arrestation de Kagarlitsky fait clairement partie d’une campagne plus large de répression des dissidents anti-guerre en Russie. Les agents du Service fédéral de sécurité (FSB) ont particulièrement ciblé Rabkor (Worker Correspondent), la plateforme médiatique de gauche en ligne que Kagarlitsky édite. Jusqu’à présent, au moins trois personnes associées à Rabkor ont fait l’objet de perquisitions et d’interrogatoires. 

Mais la répression s’étend bien au-delà : depuis juin, le ministère de la justice a déclaré “agents étrangers” les députés de la Douma de Moscou Evgeniy Stupin et Mikhail Timonov, le député municipal Vitaly Bovar et le socialiste démocrate Mikhail Lobanov, qui se sont tous activement opposés à la guerre.

Nous sommes solidaires de Rabkor et réaffirmons notre solidarité avec le mouvement russe pour la paix et la démocratie. Nous demandons la libération immédiate de tous les prisonniers politiques russes et la fin immédiate de la répression de l’opposition politique et des médias critiques.

Nous réaffirmons également notre solidarité avec l’appel de la résistance ukrainienne et du mouvement anti-guerre russe en faveur d’un retrait immédiat et inconditionnel des troupes russes d’Ukraine.

Parti de la Gauche Européenne : Procédure pénale engagée contre le scientifique et militant de gauche russe Boris Kagarlitsky

Le mercredi 26 juillet, les services secrets russes (FSB) ont ouvert une procédure pénale à l’encontre du célèbre politologue et sociologue de gauche, rédacteur en chef du magazine en ligne Rabkor, Boris Kagarlitsky.

La raison officielle de l’ouverture de cette procédure est la prétendue “justification du terrorisme”, mais il est évident que la persécution de Kagarlitsky est une mesure de représailles politiques pour ses opinions.

Récemment, Boris a commenté activement la situation politique actuelle, critiquant ouvertement la politique intérieure et extérieure des autorités russes.

Le régime a tenté à plusieurs reprises de réduire au silence le politologue mondialement connu et reconnu – en 2018, l’Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux (ISMO), dirigé par Kagarlitsky, a été reconnu comme un agent étranger, et en avril de l’année dernière, le statut d’agent étranger lui a été attribué.

Ayant commencé ses activités en Union soviétique, Kagarlitsky a d’abord été emprisonné sous le règne de Youri Andropov. Sous Eltsine, lors des événements d’octobre 1993, il s’est opposé à la dissolution du Soviet suprême, ce qui lui a valu d’être détenu et sévèrement battu. En 2021, pour avoir appelé à participer à des manifestations après les élections à la Douma d’État, il a purgé dix jours d’arrestation administrative. Aujourd’hui, Kagarlitsky risque une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 5 ans.

Il est également évident que l’affaire pénale contre Boris Kagarlitsky est une attaque contre l’ensemble du mouvement de gauche.

Le président du Parti de la gauche européenne, Walter Baier, a envoyé une lettre de protestation à l’ambassade de la Fédération de Russie à Bruxelles. La lettre dit ceci :

“Les autorités russes tentent manifestement de confirmer toutes les accusations formulées en Occident. Poursuivre Boris Kagarlitsky en tant qu'”agent étranger” et “justifiant le terrorisme” est aussi absurde que de qualifier la guerre déclenchée par la Fédération de Russie d'”action spéciale”.

“Kagarlitsky et son média Rabkor sont l’une des rares voix dissidentes qui subsistent dans le pays. La Russie a autant besoin de vérité que de paix. Au nom du Parti de la Gauche Européenne, nous demandons la fin de la répression de Boris Kagarlitsky, de ses collègues et de Rabkor, et l’établissement de la liberté d’expression en Russie.

Transnational Institute : Nous condamnons l’arrestation de l’intellectuel russe Boris Kagarlitsky

Le Transnational Institute et ses alliés du monde entier condamnent l’arrestation et la détention de Boris Kagarlitsky, auteur prolifique et éminent intellectuel russe de gauche. 

Le 26 juillet, un tribunal de la ville de Syktyvkar, dans le nord-ouest du pays, a décidé de détenir le Dr Kagarlitsky, un collaborateur de longue date de notre institut, pendant deux mois avant son procès qui aura lieu en septembre.

Il est accusé de “justifier le terrorisme” en raison d’un message publié sur les réseaux sociaux concernant l’attentat de 2022 sur le pont reliant la Crimée à la Russie.

M. Kagarlitsky s’est ouvertement opposé à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. En 2022, les autorités russes l’ont déclaré “agent étranger”. Il risque jusqu’à sept ans de prison s’il est déclaré coupable. Ce n’est pas la première fois qu’il est pris pour cible. Il a déjà été emprisonné pour ses écrits et son activisme sous Brejnev, Eltsine et, plus tôt, sous Poutine.

Nous sommes solidaires du Dr Kagarlitsky, ainsi que de tous ceux qui sont opprimés pour avoir prôné la paix et défendu les droits démocratiques en Russie.

Nous demandons sa libération immédiate.

Rabkor, un média qu’il a fondé, a lancé un appel pour financer son fonds de défense juridique. Plus d’informations dans ce fil twitter(lien externe).

Counterpunch : Soutenez Boris Kagarlitsky et opposez-vous à cette persécution politique de la part du régime de Poutine.

Boris Kagarlitsky, auteur, sociologue et dissident de renom, a été arrêté sur la base d’accusations politiques forgées de toutes pièces. Qu’il soit accusé de “promouvoir l’extrémisme”, de “discréditer les forces armées de la Fédération de Russie”, de “terrorisme” ou de “trahison” est une distinction sans importance dans la Russie contemporaine, où les simulacres de procès politiques sont devenus la norme pour ceux qui choisissent de dire la vérité sur la guerre criminelle de la Russie en Ukraine et sur sa classe dirigeante dégénérée d’oligarques et d’apparatchiks du Kremlin.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, Kagarlitsky a été placé en détention provisoire dans la république éloignée de Komi, un territoire isolé situé juste à l’ouest des montagnes de l’Oural, où il attend un “procès” devant un tribunal kangourou, prévu pour le 24 septembre 2023. Ce n’est pas un hasard s’il a été envoyé dans cette région isolée où même ses représentants légaux ont du mal à le joindre, plutôt que d’être détenu à Moscou ou à Saint-Pétersbourg, où il pourrait avoir accès à un réseau de sympathisants, d’amis, de journalistes et d’autres militants.

Boris Kagarlitsky est depuis des décennies une voix puissante pour le socialisme et le marxisme en Russie et dans le monde. Son arrestation et sa détention ne font qu’illustrer davantage la puissance de son analyse incisive et sa détermination inébranlable à résister à la nature de plus en plus autoritaire et fasciste de la Russie de Poutine. Bien qu’il ne s’agisse pas de sa première arrestation – il a été inculpé il y a plusieurs années en tant que candidat au gouvernement de la ville de Moscou – cette dernière répression est inquiétante car l’État russe a imposé des accusations et des peines de plus en plus draconiennes pour des activités anti-guerre, même mineures.

CounterPunch publie les écrits de Kagarlitsky depuis des années. J’ai la chance de considérer Boris comme un camarade et je l’ai accueilli à plusieurs reprises sur CounterPunch Radio, notamment en septembre dernier lorsque nous avons discuté des motivations de la guerre criminelle de Poutine, du rôle de l’OTAN, de l’impérialisme russe et de bien d’autres choses encore. La détention de Boris est également un rappel de la politique cancéreuse des sections de la gauche totalement discréditées et sans morale qui ont minimisé les crimes russes, justifié tacitement ou ouvertement l’agression russe sous la fausse bannière de “l’anti-impérialisme”, et fourni une couverture de gauche à cette guerre de revanchisme impérial.

CounterPunch est fier de soutenir Boris Kagarlitsky et de s’opposer à cette persécution politique aux mains du régime de Poutine. Nous exigeons sa libération immédiate et sommes solidaires de tous ses collègues de Rabkor, de toute la Russie et du monde entier.

Eric Draitser, 26 juillet 2023

Canadian Dimension demande à Vladimir Poutine de libérer Boris Kagarlitsky

Boris Kagarlitsky, éminent sociologue russe de gauche et dissident, a été arrêté par le Service fédéral de sécurité russe (FSB) sous de fausses accusations de “justification du terrorisme”, prétendument pour un commentaire sur l’explosion du pont de Crimée en octobre 2022 qu’il a posté sur Telegram, l’application de messagerie la plus populaire en Russie.

Il est terriblement ironique que dans une récente chronique pour CD, “Broken windows and broken lives”, Kagarlitsky ait condamné la persécution des intellectuels et des activistes en Russie en vertu des lois de censure conçues pour étouffer toute critique des forces armées. Il y décrivait la nature arbitraire de la répression, en vertu de laquelle tout le monde, des intellectuels aux militants syndicaux en passant par les défenseurs de l’environnement et les musiciens, peut être qualifié d’agent étranger (comme Kagarlitsky lui-même l’a été) et “une accusation de terrorisme peut être portée même pour une vitre cassée”.

Arrêté le 25 juillet et transféré de Moscou à la ville de Syktyvkar, dans la République des Komis, Kagarlitsky risque maintenant sept ans de prison s’il est reconnu coupable. Cette arrestation s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle intensification de la répression de l’opposition de gauche, dans le contexte d’une possible nouvelle escalade de l’effort de guerre de la Russie contre l’Ukraine, annoncée par l’élargissement de l’appel sous les drapeaux, avec le relèvement de la limite d’âge pour la conscription de 27 à 30 ans et l’interdiction de voyager à l’étranger pour les Russes appelés sous les drapeaux. Certains analystes estiment que la recrudescence de la répression reflète la crainte du régime de voir le soutien national à la guerre s’affaiblir.

Kagarlitsky n’est pas étranger aux persécutions, ayant été arrêté sous les régimes de Brejnev et d’Eltsine. Dans le premier cas, il a été emprisonné pendant plus d’un an. Il a été un critique de gauche éloquent et puissant du régime de Poutine et de la guerre de Poutine en Ukraine, se rangeant aux côtés du courageux mouvement pacifiste russe.

8 commentaires sur “Pour la libération de Boris Kagarlitsky”

  1. Hi, just required you to know I he added your site to my Google bookmarks due to your layout. But seriously, I believe your internet site has 1 in the freshest theme I??ve came across. It extremely helps make reading your blog significantly easier.

  2. you are really a good webmaster. The web site loading speed is incredible. It seems that you are doing any unique trick. Furthermore, The contents are masterwork. you have done a excellent job on this topic!

  3. I haven’t checked in here for some time since I thought it was getting boring, but the last few posts are great quality so I guess I’ll add you back to my daily bloglist. You deserve it my friend 🙂

  4. What i don’t understood is in truth how you are not really much more smartly-favored than you might be right now. You are very intelligent. You know therefore significantly on the subject of this subject, made me personally believe it from a lot of various angles. Its like women and men are not interested except it is something to do with Girl gaga! Your own stuffs outstanding. All the time handle it up!

  5. Someone necessarily lend a hand to make significantly articles I’d state. This is the first time I frequented your web page and up to now? I surprised with the research you made to make this particular submit incredible. Fantastic activity!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post